De la sédentarisation à l’État

Nos tutelles

CNRS Université de Paris 1 Pantheon Sorbonne

partenaires

INRAP Parc Marin Iroise Academie des sciences Tchèque Archéologie Université Nationale Cheng Kung de Taiwan Consortium 3D SHS

labex

LabEx DynamiTe

mae

MAE

Rechercher




Accueil > Thèmes de recherches > Economies et interactions société/environnement > 1.1 Exploitation et transformation des ressources animales et végétales

1.1.1 Stratégies d’exploitation des ressources animales.

par Umr Trajectoires - publié le , mis à jour le

L’objectif de cet axe est de cerner l’évolution de l’exploitation animale par les sociétés en Europe depuis le Mésolithique jusqu’à la fin des âges des métaux. Cet axe bénéficie de plusieurs développements méthodologiques dont l’élaboration d’une base de données ostéométriques consacrée aux bois de cervidés (GDR BioarchéoDat) et un projet de recherche (RéAnima, Labex Dynamite) qui vise à reconstituer les paléoenvironnements à partir de l’analyse texturale des micro-usures dentaires des herbivores chassés.
Parallèlement, la mobilisation de données inédites issues de fouilles récentes permet de renouveler nos connaissances sur l’exploitation du monde animal. Cela concerne tant les modalités d’élevage, que la gestion du cheptel ou, encore, les activités bouchères et ce du Néolithique jusqu’à la Tène finale.

L’exploitation des matières dures animales utilisées pour la production d’une partie de l’outillage retient également toute notre attention. Les séries étudiées, du point de vue de leur forme, de leur fabrication et de leur utilisation, mettent l’accent sur le rôle de cet équipement dans les communautés Néolithiques en France comme en Russie.
Dans le cadre d’une ANR-DFG dédiée aux enceintes de la culture Michelsberg, la comparaison des données résultant de l’industrie osseuse et celles issues de la faune met en évidence : premièrement, une exploitation animale différentielle entre la sphère alimentaire et la sphère technique, deuxièmement une gestion de l’espace qui oppose les rejets domestiques aux dépôts symboliques.
Enfin, les activités halieutiques sont envisagées sous deux aspects, la pêche en eau douce et celle pratiquée en mer. Les stratégies de pêche en eau douce, développées au cours du Mésolithique et du Néolithique en Russie, sont restituées grâce à l’étude de l’équipement (hameçons, harpons, nasses, filets) et des restes ichtyologiques. L’exploitation de la faune marine est, quant à elle, abordée sur le long terme à travers les pêcheries utilisées en mer d’Iroise depuis la fin du Mésolithique jusqu’au Moyen-Age (Zone d’Atelier Brest Iroise http://www-iuem.univ-brest.fr/zabri/fr).

Voir pour la bibliographie la liste des productions de l’UMR 2012-2017.