De la sédentarisation à l’État

Nos tutelles

CNRS Université de Paris 1 Pantheon Sorbonne

partenaires

INRAP Parc Marin Iroise Academie des sciences Tchèque Archéologie Université Nationale Cheng Kung de Taiwan Consortium 3D SHS

labex

LabEx DynamiTe

mae

MAE

Rechercher




Accueil > Thèmes de recherches > Temps, communication et identité

3.1 Chronologies et évolutions culturelles

par Umr Trajectoires - publié le , mis à jour le

Dans le cadre de la European Association of Archaeologists, Jean-Paul Demoule est responsable, avec Maria-Pia Guermandi (service archéologique italien), du « Comité permanent sur la législation et l’organisation de l’archéologie en Europe ». Une publication collective sur l’archéologie préventive en Europe a été éditée en 2016 (sur papier et en ligne), et une table-ronde annuelle se tient dans le cadre des congrès annuels de l’EAA, chargée de faire le point sur les différentes évolutions en cours.

En dehors du cadre organisationnel, les travaux l’UMR ont abordé différents aspects de l’évolution chrono-culturelle des sociétés néolithiques dans la moité nord de la France.

Pour le Néolithique ancien, la publication d’une séance de la SPF consacrée au Rubané dans le Bassin parisien constitue un des faits les plus marquants (Meunier, Ilett 2013). On y trouve le premier bilan depuis trente ans des acquis et des problèmes de la recherche sur la chronologie céramique. Ce bilan s’appuie d’une part sur un travail collectif de sychronisation des séquences régionales de la Lorraine et de la vallée de l’Aisne (Blouet et al. 2013) et d’autre part sur la périodisation du Rubané du sud-est du Bassin parisien réalisé dans le cadre d’un doctorat (Meunier 2012). Un deuxième fait marquant est la publication du site de Luzancy (Lanchon, Bostyn 2013), intégrant les acquis de nouvelles recherches sur la périodisation du Blicquy-Villeneuve-Saint-Germain (BVSG) en basse vallée de la Marne. Enfin, sur le terrain, des opérations préventives d’envergure ont apporté de nouvelles connaissances significatives sur les plus anciens peuplements néolithiques de la plaine de Troyes, avec le site rubané de Bréviandes notamment (Riquier, Meunier 2014 ; Laurelut 2016), et du bassin de la Loire, avec le site BVSG de Sublaines (Lardé et al. 2014).

Pour la première partie du Néolithique moyen, un travail important a été réalisé sur la culture de Cerny dans la vallée de l’Aisne, centré sur les résultats de la fouille du site de Beaurieux et permettant de caler dans le temps l’émergence des premiers monuments funéraires attestés dans cette région (Colas et al. sous presse). Pour la deuxième partie du Néolithique moyen, les fouilles préventives de deux grosses enceintes, Villers-Carbonnel (Somme) et Passel (Oise), ont apporté une masse de nouvelles données pertinentes pour une meilleure définition des entités chrono-culturelles. Elles ont permis de rediscuter la notion de Chasséen septentrional telle qu’elle avait été formulée dans les années 1980 et d’affiner sa périodisation en étapes (Colas et al. 2016). Enfin, l’étude des grandes séries céramique et lithiques issues de la fouille de l’enceinte d’Escalles (Pas-de-Calais) a contribué à une meilleure caractérisation du groupe de Spiere et de ses relations chrono-culturelles avec le Chasséen et le Michelsberg (Praud, Panloups 2014).

Les recherches sur le Néolithique récent/final ont été marqué en premier lieu par les publications des sites de Houplin-Ancoisne (Nord) et Presles-et-Boves (Aisne), permettant respectivement une nouvelle caractérisation chrono-culturelle des groupes Deûle-Escaut et Seine-Oise (Praud et al. 2015 ; Cottiaux et al. 2014).

Par ailleurs, une étude sur l’évolution des décors et de la typologie des céramiques du Néolithique final au Bronze ancien a été présenté au Congrès Préhistorique de France à Amiens en 2016. Ce travail exploite en particulier les nouvelles données des fouilles préventives menées dans le Nord-Pas-de-Calais (Praud et al.).
Le fait marquant pour la suite de l’âge du Bronze est la publication des actes d’un colloque international organisé à Strasbourg en 2014 sur « le Bronze moyen et l’origine du Bronze final en Europe occidentale de la Mer du Nord à la Méditerranée » (Lachenal et al. 2017). Il s’agit d’un bilan des connaissances sur les sociétés des XVIe-XIIe siècles avant notre ère, sur un vaste espace de l’Europe occidentale. Une actualisation des connaissances s’imposait pour intégrer les nombreuses découvertes réalisées ces dernières années, en particulier dans le cadre de l’archéologie préventive. L’ouvrage privilégie tout d’abord les synthèses par régions ou entités spatiales qui ont semblé significatives dans la recherche des géographies culturelles du Bronze moyen.

Parmi les travaux portant sur l’évolution chrono-culturelle des sociétés à l’âge du Fer, on mentionnera une étude sur la céramique du Hallstatt final dans la région de l’Aisne (Flucher, Desenne 2015) et une nouvelle synthèse sur la géographie culturelle du Bassin parisien aux périodes Hallstatt et La Tène ancienne, vue sous l’angle l’évolution des décors céramiques (Bardel et al. à paraître).

Voir pour la bibliographie la liste des productions de l’UMR 2012-2017.