De la sédentarisation à l’État

Nos tutelles

CNRS Université de Paris 1 Pantheon Sorbonne

partenaires

INRAP Parc Marin Iroise Academie des sciences Tchèque Archéologie Université Nationale Cheng Kung de Taiwan Consortium 3D SHS

labex

LabEx DynamiTe

mae

MAE

Rechercher




Accueil > Thèmes de recherches > Economies et interactions société/environnement > 1.2 Exploitation et transformation des matières minérales

1.2.2 Ressources et technologie lithique

par Umr Trajectoires - publié le , mis à jour le

JPEG - 145.7 koLa question de l’identification des matières premières et de leurs sources est au cœur de nos problématiques et se concrétise dans la réalisation de nombreuses prospections gîtologiques pour la constitution de lithothèques (fig. 1) et de plusieurs bases de données « silex ». Neuf chercheurs du laboratoire sont impliqués dans le Projet Réseau National Lithothèque (porté par le CNRS, le MCC et l’INRAP) et 2 le sont dans le comité scientifique et le bureau. Différentes lithothèques régionales ont été alimentées (Nord, Picardie, Ile-de-France), notamment dans le cadre de l’ANR-DFG MK-Projekt (2010-2014).

Des résultats significatifs ont par exemple été obtenus sur les modalités d’approvisionnement des communautés au Néolithique moyen dans le Bassin parisien ; ils mettent en évidence des choix culturels différenciés entre Chasséen septentrional et Michelsberg. Plus généralement, les matériaux du Bassin Parisien ont fait l’objet d’analyse cartographique des ressources minérales disponibles.

JPEG - 182 ko

Fig. 2 : Nombre de haches en silex par commune dans l’inventaire 2014 du Val de Seine [document F. Giligny et F. Bostyn (dir.) 2016, Sidestone Press

En Dobrodgea du nord (Roumanie), des prospections systématiques ont été réalisées pour identifier et inventorier les ressources en silex disponibles, montrant l’absence d’accès à du silex apte à la taille dans l’environnement immédiat de sites chalcolithiques tels que Luncavița.
Plusieurs travaux ont porté sur les haches polies, tant en silex (B. Parisien, fig. 2) qu’en roches tenaces (Pyrénées, B. Parisien), sur les anneaux en pierre du Néolithique ancien, les industries néolithiques et de l’âge du Bronze ancien dans le nord de la France (fig. 3), abordant la question de la détermination des matériaux, les chaînes opératoires de production, la typologie et la chronologie.
Une approche typologique et géologique sur la très longue durée (du Néolithique à l’An mille) a intégré un PCR à l’échelle national sur le macro-outillage en France (cf 1.1).
L’analyse fonctionnelle des outillages lithiques a également été abordée par plusieurs chercheurs du laboratoire sur des industries mésolithiques ou néolithiques du Bassin parisien et d’Anatolie, et sur la complémentarité entre outillage lithique et métal.
L’ensemble de ces travaux est réalisé dans le cadre de thèses universitaires (3 publiées, 4 en cours) et de 8 projets de recherches internationaux et nationaux [comme porteur : PCR Meules 2012-2015, Labex DynamiTe, ANR-DFG MK-Projekt (2010 2014), ARC Marne ; comme participants : Enquête Nat-lithothèque 2016-2020, PHC Rila 2015-2016, mission MAEDI-Roumanie Delta du Danube, PCR meules (2016-2017)]. Six colloques/sessions internationaux et nationaux ont également permis de rendre compte des principales avancées dans ces domaines [Sessions UISPP Paris 2012, Burgos 2014, Barcelone 2015, Mons 2016) ; Conseil scientifique du colloque de Reims 2014 ; Journée Caractérisation et spatialisation des ressources siliceuses en Préhistoire : les silex du Bassin parisien et les obsidiennes du Proche Orient, Labex DynamiTe 2016]

JPEG - 124 ko

Fig. 3 : Les industries lithiques au temps du métal (3000-1000 av. n. è.) : des pointes en métal pour tailler le silex ; des artefacts en pierre copiés en métal (photos C. Nicolas)