De la sédentarisation à l’État

Nos tutelles

CNRS Université de Paris 1 Pantheon Sorbonne

partenaires

INRAP Parc Marin Iroise Academie des sciences Tchèque Archéologie Université Nationale Cheng Kung de Taiwan Consortium 3D SHS

labex

LabEx DynamiTe

mae

MAE

Rechercher




Accueil > Thèmes de recherches > Espaces, territorialité et mobilité > 2.1 Espace privé, espace public

2.1.2 Espaces consacrés

publié le , mis à jour le

L’espace consacré, inclus ou exclu de l’habitat, correspond aux lieux dédiés aux défunts, mais également aux espaces dévoués à des rituels funéraires, domestiques, cultuels. Les travaux du quinquennal ont porté essentiellement sur l’aspect funéraire, en observant l’implantation des sites, leurs formes et leurs structurations sur une période allant du Néolithique aux âges des Métaux.
Dans le nord-est de l’hexagone, les sépultures de l’enceinte de Menneville (02) se différencient des autres sépultures du Néolithique rubané. Les fouilles (2013-2014, 2017) ont documenté ce contexte funéraire particulier avec de nouvelles tombes d’enfants et deux sépultures très particulières dans deux segments différents : un adulte maltraité et poussé dans le fossé et un autre, inhumé selon un aménagement et une mise en scène très complexes (rapport 2014). Ils confirment, avec la présence de nombreux enfants, la spécificité de ce site dans le système funéraire du Rubané du Bassin parisien déjà bien identifiée par C. Thevenet. Dans l’Aube, comme ailleurs en Champagne et dans le Bassin Parisien, les sépultures sont le plus souvent associées à des maisons. Mis à part Plichancourt, où la sépulture paraît isolée de structures contemporaines, et Bréviandes avec une tombe en marge de l’habitat, celles de Larzicourt, Ecriennes, Orconte, Perthes et La Saulsotte ont été découvertes à proximité de maisons.

JPEG - 324.9 koBucrane de taureau accompagnant une sépulture de Menneville (02)

Au Néolithique moyen on observe le développement de monuments funéraires, comme à Concevreux la Rosière (Aisne) ou sur la nécropole de Beaurieux (Aisne). Cette dernière, avec ses deux à trois monuments de type Passy dont un avec une sépulture axiale et son bâtiment monumental Cerny, ainsi que quatre sépultures isolées appartenant au Néolithique Moyen II révèlent la pérénéité de l’occupation des lieux. Plus à l’Est, en Allemagne, à l’intérieur et en moindre mesure à l’extérieur de l’enceinte de Salzmünde « Schiepzig » (ca. 3400 à 3000 cal. BC, complexe culturel des Gobelets en entonnoir) ont été mis au jour de nombreuses sépultures, mais également, une cinquantaine de crânes humains, dans un double fossé, certains témoignant de manipulations post-mortem des défunts. L’inhumation individuelle est la règle, mais quelques tombes collectives existent aussi.

Aux âges des Métaux également, les monuments structurent le paysage dans le temps et l’espace : 1) La nécropole de Rouvignies dans la vallée de l’Escaut (Bronze moyen à final IIb-IIIa) voit l’implantation d’un vaste enclos circulaire, puis de 48 sépultures à incinération. 2) A Vasseny et 3) Maizy (Aisne, Bronze moyen à La Tène finale) les espaces sont structurés par la présence d’un monument funéraire du Bronze moyen, qui attire l’implantation de sépultures postérieures (Bronze moyen, final et La Tène B1/B2), puis d’enclos quadrangulaires de La Tène D1. 4) A Bazicourt (Oise) des tombes de l’âge du Fer côtoient un enclos circulaire et des tombes de l’âge du Bronze.
Ainsi des choix différents sont faits selon les époques, l’espace funéraire prenant place au sein de l’habitat ou en dehors de ce dernier, intégré ou exclu du monde des vivants ; un lieu peut être dédié pendant plusieurs siècles à la fonction funéraire ; dans un même groupe culturel les pratiques peuvent également varier, révélant la complexité de ces gestes codifiés. La réutilisation d’espaces funéraires semble pourtant récurrente, quelle que soit la période chronologique : les installations antérieures servent d’ancrage à de nouvelles et ont pu jouer un rôle, par le renforcement du souvenir des défunts, dans l’appropriation et l’unification des territoires.

JPEG - 68.1 koAttichy « le Buissonet » (Oise), sépulture 3 : tombe à char du début du IIIe siècle avant notre ère.