De la sédentarisation à l’État

Nos tutelles

CNRS Université de Paris 1 Pantheon Sorbonne

partenaires

INRAP Parc Marin Iroise Academie des sciences Tchèque Archéologie Université Nationale Cheng Kung de Taiwan Consortium 3D SHS

labex

LabEx DynamiTe

mae

MAE

Rechercher




Accueil > Thèmes de recherches > Espaces, territorialité et mobilité > 2.3 Colonisations, migrations et dynamiques de peuplement

2.3.1 Mobilités : apports des analyses culturelles, isotopiques et paléogénétiques

par Joëlle Rolland - publié le , mis à jour le

L’analyse des signaux chimiques isotopiques (strontium) des individus inhumés dans des sépultures néolithiques, engagée depuis quelques temps (collab. Univ. Wisconsin-Madison, USA), s’est poursuivie plus largement (Rapport ACR Marne). Elle permet d’aborder directement les questions de mobilité des populations. Les recherches récentes montrent que la structure de mobilité durant la période post « colonisation rubanée », au BVSG (4900-4700 BC), s’apparente foncièrement à celle du Rubané, avec un taux notable de circulation féminine (fig. 1). En parallèle, un programme de paléogénétique s’est développé (collab. UPR 2147 et UMR 5242) notamment sur les peuplements mésolithiques et néolithiques. Outre la problématique générale migration vs acculturation, ces données nouvelles s’intéressent spécifiquement au recrutement funéraire au Néolithique ancien du nord-ouest européen et seront ainsi un complément utile aux études archéo-anthropologiques des pratiques funéraires. Un programme d’analyse des comportements alimentaires de 17 individus d’Escalles (P.-de-C.), ressortissant du programme ANR Ancestra, et mené avec G. Goude de l’UMR 7269, indique l’absence relative de protéines issues des ressources marines, une consommation mixte de protéines terrestres animales et végétales, et une très forte homogénéité alimentaire au sein du groupe. Ces premiers résultats plaident en faveur d’une exploitation des ressources alimentaires de l’environnement local (milieu marin excepté) et d’une origine locale des individus, pour les dernières années de leur vie.
JPEG - 80.1 ko

Fig. 1 : Analyses isotopiques (Strontium) de tombes BVSG de la vallée de la Marne illustrant une probable "surmobilité" féminine, à l’instar de ce qui est observable à la période précédente, le Rubané et la LBK en général (document L. Hachem, T. D. Price avec la coll. de C. Thevenet, ACR Marne)

Véritable référentiel virtuel de la mobilité des individus et des foyers domestiques, la modélisation Obresoc (cf infra § 2.3.2) permet d’expérimenter la mobilité des Hommes selon plusieurs paramètres de la chaîne de mobilité : le stress domestique chayanovien (ratio Consommateurs/Producteurs) définissant les conditions de la scission domestique ; le stress d’échelle de densité locale et micro-régionale (densités moyennes) contraignant la probabilité de localisation des néo-foyers ; la localisation en fonction d’une attraction agricole (score de fertilité climato/agrologique à l’unité de surface) définissant la meilleure localité disponible dans un rayon maximum (réglable) de perception du paysage ; le rayon matrimonial (réglable) contraignant les probabilités annuelles de mariage selon la tendance (réglable) de localité au mariage (patri- vs matrilocalité) ; lesquels induisent des flux d’arrivées et de départs d’épouses et époux. Ainsi peut-on construire des trajectoires de mobilité individuelle (époux-épouses), domestique et villageoise, avec tout leur bagage démographique (et économique), comme modèles sous-jacents aux vestiges archéologiques (fig. 2).
JPEG - 237.2 ko

Fig. 2 : Trajectoire populationnelle d’un foyer domestique simulé selon les paramétrages démographiques et de mobilité socio-économiques de la modélisation Obresoc (document Trajectoires, J. Dubouloz)

La participation de plusieurs membres de l’équipe au colloque annuel de l’Inrap, consacré en 2015 à l’archéologie des migrations (publié en 2017) a été l’occasion à la fois de poser la question de l’identification de ces phénomènes aux périodes pré- et protohistoriques, et d’étudier, voire de modéliser, des cas concrets, notamment par rapport à la néolithisation du continent européen ou encore à la diffusion des langues indo-européennes.

Voir pour la bibliographie la liste des productions de l’UMR 2012-2017.