De la sédentarisation à l’État

Nos tutelles

CNRS Université de Paris 1 Pantheon Sorbonne

partenaires

INRAP Parc Marin Iroise Academie des sciences Tchèque Archéologie Université Nationale Cheng Kung de Taiwan Consortium 3D SHS

labex

LabEx DynamiTe

mae

MAE

Rechercher




Accueil > Thèmes de recherches > Espaces, territorialité et mobilité > 2.2 Modélisation territoriale et développement des inégalités sociales

2.2.1 L’occupation des territoires : structuration, évolution et modélisation

publié le

Plusieurs projets ont pour objet d’analyser l’organisation du territoire et sa structuration : sites à vocation communautaires à l’échelle régionale (grandes enceintes du Néolithique moyen), habitats ordinaires, sites funéraires, gîtes d’extraction et d’exploitation des matières premières (silex, roches tenaces, etc.). L’analyse de cette complémentarité des sites au sein des territoires vise à des modélisations par période chronologique.
Des exemples de structuration et d’évolution sont proposés pour le Néolithique ancien (Rubané et Villeneuve-Saint-Germain), le Néolithique moyen et final, l’âge du Bronze ou l’âge du Fer. La question des sites centraux est en général récurrente, certains sites ayant une place structurante au sein du territoire en tant que centres producteurs (lames de silex ou anneaux de schiste), ou centres redistributeurs (anneaux, haches, objets en silex, en métal).

La modélisation de ces territoires est abordée par le biais des relations entre entités d’occupation selon leurs fonctions ou leur niveau hiérarchique dans les systèmes complexes (cf. infra). Différents maillages territoriaux sont envisagés, avec des entités de quelques dizaines de km de diamètre, proches du terroir, jusqu’à des territoires structurés aux échelles sub-régionale et régionale autour de sites à vocation communautaire, comme certaines enceintes au Néolithique moyen, de grands bâtiments au Néolithique final, des nécropoles de tumulus au Néolithique ou à l’âge du Bronze, ou des villes au second âge du Fer. Des zones privilégiées ont ainsi fait l’objet de modélisations (Moldavie-roumaine, Normandie, vallées de l’Aisne et de l’Oise, moyenne vallée de la Seine, plaine de Troyes).

Dynamiques d’occupation du territoire en Moldavie roumaine (6000-3500 BC) : O. Weller, R. Brigand (fig. 1)
Les thèmes abordés ici relèvent de trois axes de recherches principaux : i) L’interaction des communautés humaines avec les ressources naturelles (sel, sol et eau) ; ii) Les questions de densité, visibilité, dynamiques temporelles et spatiales ; iii) Les modèles ethnographiques disponibles pour la réflexion archéologique (sel/bergerie/pastoralisme/circulation). Certaines dimensions de cette recherche concernent également l’axe de recherche 2.3.2 (Colonisations, migrations et dynamiques de peuplement).

<JPEG - 701.4 ko Fig. 1 : Classification des sites néo/énéolithiques (selon leur topographie), des sources salées (selon leurs types, leurs compositions chimiques et leurs usage ethnographiques), des haches en cuivre et l’occupation du sol actuel (classification des images Landsat) en Moldavie roumaine (Brigand et Weller 2015, fig.5)

Dynamiques d’occupation au Néolithique ancien dans le Bassin parisien central : F. Bostyn, M. Ilett et K. Meunier (fig. 2)
Cette recherche vise à dégager les tendances évolutives dans l’occupation de l’espace par les premières communautés agro-pastorales du bassin de la Seine, durant la séquence Rubané – Blicquy-Villeneuve-Saint-Germain (5200-4700 av. J.-C.). L’étude est centrée sur quatre zones intensivement explorées dans le cadre de l’archéologie préventive (Aisne-Vesle, Oise moyenne, Marne inférieure, Seine-Yonne), livrant au total 119 sites d’habitat permettant une première approche comparative (implantation des sites, taille et nombre de phases d’occupation). Les comparaisons régionales et chronologiques montrent quelques tendances spatio-temporelles générales dans une diversité de situations : 1) au Rubané, la densité d’occupation, est plus forte dans la vallée de l’Aisne que dans les autres zones ; 2) dans presque tous les cas, l’émergence du Blicquy-Villeneuve-Saint-Germain est marquée par la fondation de nouveaux sites ; 3) durant cette dernière période, on observe une expansion des territoires occupés, la diversification des implantations et la prédominance d’habitats à une seule phase d’occupation ; 4) les données de la Marne fournissent quelques indices sur les phénomènes socio-économiques sous-jacents à ce morcellement progressif de l’habitat.

JPEG - 189.2 ko Fig. 2 : Distribution spatiale des habitats au Néolithique ancien (Rubané/BVSG) dans le bassin de la Seine

Enceintes du Néolithique moyen et structuration du système d’habitat en France du nord (4500-3800 BC) : J. Dubouloz, C. Liétar (fig. 3 et 4)
Les thèmes abordés dans cette recherche articulent les approches macro-régionales (formes et processus de structuration des territoires) et micro-régionales (modalités d’occupation, évaluation des potentiels archéologiques), en s’appuyant sur les bases de données de trois programmes financés ANR-DFG et Labex DynamiTe (Territoires des géomatériaux et Atlas des données archéologiques et environnementales). Une thèse publiée (C. Liétar) présente notamment un état de ces travaux.

JPEG - 26.6 ko Fig. 3 : Lecture culturelle et fonctionnelle des enceintes du Basin parisien central (C. Liétar)

JPEG - 80.8 ko Fig. 4 : Interprétation fonctionnelle et spatiale des types d’occupation en vallée de l’Aisne au Néolithique moyen Michelsberg (Dubouloz à paraître)

Évolution d’un territoire rural depuis les premiers agriculteurs néolithiques jusqu’au premier réseau villageois médiévaux (5200 BC / XIe-XIIe siècles AD) : V. Riquier (dir.)
Les thèmes abordés par ce PCR (2013-2017) “Plaine de Troyes” s’attachent i) à l’évolution de la dynamique de peuplement sur la longue durée et à l’exploration des fluctuations de la base économique de ce territoire rural, principalement dans le système agro-pastoral ; ii) à l’évolution d’un territoire à la croisée de plusieurs milieux géographiques et globalement favorable à toute occupation humaine ; iii) à la question de l’existence d’une “ville” avant Troyes (au Hallstatt ? à La Tène ?), comme centre du réseau villageois médiéval.

Territoires et modifications socio-économiques à la transition européenne Néolithique/ Chalcolithique (4700-3500 BC) : PCR (2015-2017) « Le Néolithique moyen en Basse-Normandie et dans les îles Anglo-Normandes » : F. Charraud (dir.)
A l’intérieur de ce programme du PCR, F. Giligny et N. Le Maux s’intéressent à l’exploitation des roches tenaces par le biais d’un programme de caractérisation des roches employées notamment pour la fabrication des haches -une quarantaine d’échantillons significatifs est analysé en lames minces (en cours) ; et par des prospections pédestres en vue de mieux caractériser les gîtes de matière première.

Le Néolithique final dans le nord de la France : une approche pluridisciplinaire des sites du IIIe millénaire BC entre Deûle et Escaut : E. Martial et I. Praud (dir.) (fig. 5)
Appuyée sur un programme ARC (2008-2014) cette recherche à long terme aborde les thèmes de l’origine du groupe néolithique final de Deûle-Escaut, ses composantes culturelles, sa durée d’évolution, son extension géographique et ses relations et interactions avec les groupes culturels contemporains du Bassin parisien et des régions limitrophes. Une monographie de synthèse est à paraître fin 2017 ou début 2018.

JPEG - 182.5 ko Fig. 5 : Restitution artistique du site néolithique final intégralement fouillé et analysé d’Houplin-Ancoisne (Pas-de-Calais)

PCR "Eléments pour une nouvelle approche de l’âge du Bronze en Bretagne" : dir. S. Blanchet (Inrap, UMR 6566), C. Nicolas, Y. Pailler, M. Fily (fig. 6)
La question de la territorialité est abordée dans le cadre d’une participation à ce PCR, notamment à travers les traditions architecturales, la structure des territoires et l’organisation économique. Il s’appuie sur une base de données de 3000 sépultures et a fait l’objet d’une thèse soutenue et publiée (Nicolas 2016, Sidestone Press).

JPEG - 242.7 ko Fig. 6 : Les tumulus armoricains, vers une restitution des territoires (C. Nicolas)