De la sédentarisation à l’État

Nos tutelles

CNRS Université de Paris 1 Pantheon Sorbonne

partenaires

INRAP Parc Marin Iroise Academie des sciences Tchèque Archéologie Université Nationale Cheng Kung de Taiwan Consortium 3D SHS

labex

LabEx DynamiTe

mae

MAE

Rechercher




Accueil > Thèmes de recherches > Economies et interactions société/environnement > 1.3 Systèmes de productions et réseaux de circulation

1.3.1 Sites et environnement

publié le

L’analyse du territoire d’approvisionnement, ou catchment analysis, est une démarche classique en archéologie spatiale et en géographie, et sert de base à des approches synthétiques thématiques par période ou par zone géographique permettant de mettre en évidence des modèles d’implantation. La méthodologie du SIG utilisée dans de nombreux projets repose sur une synthèse de la documentation qui représente un lourd investissement, consenti pour plusieurs fenêtres d’analyse (vallées de la Seine, de l’Oise, de l’Aisne, plaines de Caen, de Troyes, Russie occidentale).

L’analyse spatiale de sites lacustres dans les zones forestières de Russie occidentale au 6e mill. BC révèle un modèle de subsistance basé sur des paysages complémentaires : le lac et ses basses terrasses, les moraines terminales à sols argileux couverts de feuillus et les plaines glacio-fluviales à sols podzoliques sablonneux et forêts de pin. La combinaison de ces types de paysage a favorisé une économie productive de chasse-cueillette et a fortement contribué au système d’implantation à l’interface entre différents écosystèmes qui ont permis un approvisionnement en matières premières et ressources alimentaires variées. Les fouilles et les analyses conduites à Serteya (Russie) reposent sur différents projets dont : un réseau SCOPE (financé par le FNS) intitulé "Neenawa : Network in Eastern European Neolithic and Wetland Archaeology for the improvement of field techniques and dating methods. (dir. : A. Hafner - Université de Bern, A. Mazurkevich - Musée de l’Ermitage, Goce Naumov - Musée de Macedoine & I. Morozova – Université de Kiev, http://www.neenawa.com/) ; une demande de mission à l’étranger auprès du MAEDI : "Néolithisation du Nord-Ouest de la Russie" (2NOR, dir. Y. Maigrot et A. Mazurkevich) ; une demande de création de LIA (déposée en 2017) : "NéOlithisation des communautés de la plaine Russe entre les 7e et 3e millénaires avant notre ère" (NORth, dir. L. Manolakakis et A. Mazurkevich).

Deux projets financés par le Labex DynamiTe ont permis de construire un système d’information à l’échelle des vallées de l’Aisne et de l’Oise, permettant l’analyse au sein d’un SIG intégrant l’ensemble des données sur les matières minérales exploitées durant la Protohistoire (roches, argiles) et les différentes occupations du Néolithique à l’âge du Fer : "Territoire des géomatériaux : occupations archéologiques, environnement et ressources minérales et siliceuses dans le Bassin parisien" (Liétar & Giligny 2016) et "Atlas des données archéologiques et environnementales de la vallée de l’Aisne et de la moyenne vallée de l’Oise" (Liétar 2016).

Une thèse, amorcée en 2016 et appuyée sur les données de deux PCR centrés sur la Normandie, a pour objectif de construire une histoire des paysages agraires du Néolithique à l’époque médiévale, en révélant le rythme et les modalités de leur construction et des interactions entre changements environnementaux et développement des pratiques agraires par les sociétés. Ce travail permettra de mesurer les conséquences de la Néolithisation puis de la construction des paysages agraires progressivement caractérisés par le développement des parcellaires dès l’âge du Bronze.