Umr 8215-Trajectoires
De la sédentarisation à l’État

Nos tutelles

CNRS Université de Paris 1 Pantheon Sorbonne

partenaires

INRAP Parc Marin Iroise Academie des sciences Tchèque Archéologie

labex

LabEx DynamiTe

mae

MAE

Rechercher




Accueil > Le laboratoire

Évaluation de l’Unité par l’HCERES

par Joëlle Rolland - publié le

PNG - 103.8 ko CAMPAGNE D’ÉVALUATION 2017-2018
VAGUE D

AVIS GLOBAL SUR L’UNITÉ
L’UMR 8215-Trajectoires est jeune puisque créée en 2012, même si elle le fut avec les effectifs et les objectifs scientifiques d’une équipe appartenant jusqu’alors à l’UMR ArScAn. L’unité a su au cours des 5 dernières années conquérir une place de choix dans le paysage européen de la recherche archéologique. Elle a élaboré un projet scientifique spécifique qui signe son originalité et contribue à conforter sa réputation. De nombreuses publications de haut niveau (par exemple articles dans Journal of Archaeological Science, Antiquity, World Archaeology,), une bonne intégration au réseau international de la recherche, une politique de communication affirmée sont autant de points forts. Cette réussite s’appuie sur une très bonne intégration des différentes composantes de l’unité et sur une gouvernance exemplaire. On soulignera en particulier le souci constant d’associer l’ensemble des membres aux choix stratégiques et aux options scientifiques, la remarquable insertion des nombreux agents de l’INRAP dans la vie de l’unité et dans la production des connaissances ainsi que le soutien aux doctorants. Les points faibles sont l’insuffisance en personnel sur certaines fonctions d’appui à la recherche et le petit nombre de chercheurs ainsi que de chercheurs et enseignants-chercheurs HDR. Concernant la gestion, un meilleur équilibre devra être trouvé entre le financement des actions au fil de l’eau et la promotion de projets émergents et innovants nécessitant un appui particulier. Concernant les objectifs scientifiques, la clarification opérée dans le projet doit être poursuivie. Un meilleur équilibre thématique est à rechercher dans la répartition des allocations doctorales. Enfin, l’aboutissement du projet Condorcet permettra de remédier au manque d’espaces de travail qui pénalise fortement l’unité.

Le rapport complet est consulter ici :