Umr 8215-Trajectoires
De la sédentarisation à l’État

Nos tutelles

CNRS Université de Paris 1 Pantheon Sorbonne

partenaires

INRAP Parc Marin Iroise Academie des sciences Tchèque Archéologie

labex

LabEx DynamiTe

mae

MAE

Rechercher




Accueil > Actualités

V. Delattre, G. Auxiette, E. Pinard (dir) - Quand le défunt échappe à la nécropole.

publié le

V. Delattre, G. Auxiette, E. Pinard (dir) - Quand le défunt échappe à la nécropole.

Une nouvelle publication Revue archéologique de l’Est, novembre 2018 :

V. Delattre, G. Auxiette, E. Pinard (dir) - Quand le défunt échappe à la nécropole. Pratiques rituelles et comportements déviants au Second Âge du Fer dans le Bassin parisien

Dans l’univers celtique, le monde des vivants, le monde des morts et la sphère du sacré ne sont pas hermétiquement clos par des frontières infranchissables. La multiplication récente des données archéologiques met en lumière des pratiques récurrentes et codifiées, qui transforment certains défunts, des deux sexes et de tous âges, sacrifiés ou non, en offrandes dédiées à des divinités souterraines. Grâce à l’intercession des silos, structure de stockage des grains sur lesquelles repose la survie alimentaire de ces communautés agricoles, ces cadavres en décomposition, entiers ou fragmentés, frais ou secs, offerts et parfois associés à des animaux et des objets de prestige, semblent invoquer les forces de fertilité et de fécondité de la terre nourricière. Ces pratiques, lisibles au sein même de la sphère domestique bien avant la mise en place des sanctuaires collectifs, témoignent d’une gestion consentie et sans tabou du cadavre, des chairs et de la putréfaction, en étoffant l’inventaire complexe des rites gaulois qui ne font pas de la mort le terme de toutes les vies.

Pour en savoir plus