De la sédentarisation à l’État

Nos tutelles

CNRS Université de Paris 1 Pantheon Sorbonne

partenaires

INRAP Parc Marin Iroise Academie des sciences Tchèque Archéologie Université Nationale Cheng Kung de Taiwan Consortium 3D SHS

labex

LabEx DynamiTe

mae

MAE

Rechercher




Accueil > Projets > Projets en cours

ANR HOMES

publié le , mis à jour le

JPEG - 35 ko
ANR PRC - Projets de recherche collaborative - N° ANR-18-CE27-0011-01

ANR HOMES Modelling Households : Economy and Sociology of Europe’s first farmer populations Modéliser la maisonnée : économies et société des premières populations agricoles d’Europe continentale

2019-2022 (48 mois)

25 participants

Resp. Caroline Hamon

  • Abstract

In line with current research into Household archaeology, the HOMES project aims to explore the economic, anthropological and ideal organisation of early Neolithic farmer societies in Europe. The flagrant reproducibility of settlement forms of the Linear Pottery Culture (LBK, 6th millennium BC), which spread across 3000 kms of continental Europe, has provided some of the most outstanding archaeological evidence available for the Neolithic. Over the last 50 years, this large dataset has been a source of intense debate amongst archaeologists working on this period. Different theories have been put forward to explain the structure of settlements and how this might help understand the social system of these first farming populations. Depending on the viewpoint, a wide variety of factors have been underlined, ranging from migration, demography and economy to society and ideology.
In this context, the originality of the HOMES project lies in its ambition to model, in systemic manner and at high spatial resolution, the various rules of social and economic integration underlying the exceptional durability and adaptability of the LBK. By addressing the notion of household in its material, ideal, individual and collective dimensions in a deliberately limited study zone (the Aisne valley), the project will test the latest hypotheses centred on different levels of village integration (Hachem & Hamon 2014 ; Gomart et al. 2015). It will attempt to define : (1) the development of economic maturity and production capacity of households that are autonomous in terms of food supply, (2) the interdependence between households structured around reciprocity networks and redistribution, notably of craft items, (3) the integration of people from outside the village community, ensuring cultural cohesion at supra-regional scale.
By combining high-resolution and reliable archaeological analyses (archaeozoology, technological and use-wear analysis of ceramic and lithic productions) with state-of-the-art approaches in archaeometry (petrography, tomography, chemical analyses) and bioarchaeology (stable isotopes on grains and human bones) on a targeted sample, the HOMES project has the means to produce hypotheses of wide significance, in a resolutely pluridisciplinary framework. The project will be organised around four workshops, three devoted to specific research themes and one to geostatistic modeling : Workshop 1 Organisation and levels of integration of craft know-how, Workshop 2 Food production and consumption, Workshop 3 Status, life and death of individuals, Workshop 4 Statistical and spatial modelling of household interactions.
By confronting the new scenarios it develops with hypotheses previously suggested for other regions of LBK Europe, the HOMES project will explore the reproducibility of the LBK social system in both time and space, and will attempt to understand whether LBK social structure in the Paris basin follows a tradition or even a conservatism inherited from central Europe, or rather reflects innovation on the periphery of a colonisation process that was losing momentum.
By offering a dynamic, integrative and high resolution angle on the social processes at play in the mechanisms of neolithisation, the Homes project will considerably renew our understanding of LBK societies and ultimately offer insights into the social rules and networks at this time in Neolithic Europe.
Keywords : Neolithic ; societies ; sedentarity ; agriculture ; villages ; households ; Lbk ; technology ; use-wear analysis ; archeozoology ; archeobotany ; anthropology ; chemical analysis ; isotopes


  • Résumé

Inscrit dans la dynamique de recherche sur la Household archaeology, le projet HOMES vise à modéliser l’organisation économique, anthropologique et idéelle des premières sociétés de farmers néolithiques en Europe continentale. La reproductibilité criante des formes de l’habitat de la culture Lbk (céramique linéaire dite « rubanée, 6e millénaire BC), qui s’est diffusée sur près d’un millénaire et 3000 kms à travers toute l’Europe continentale, constitue une documentation archéologique exceptionnelle à l’échelle du néolithique européen. C’est pourquoi elle suscite depuis près de 50 ans de vifs échanges au sein de la communauté des néolithiciens. Différentes théories ont été avancées pour comprendre la structuration de ces habitats, et ce qu’elle pouvait apporter à la compréhension du système social de ces premières populations d’agro-pasteurs, en adoptant un point de vue tour à tour migrationniste, démographique, économique, idéel ou social.
Dans ce contexte, l’originalité du projet Homes est de proposer une modélisation integrative et systémique à très haute résolution anthropologique et spatiale, des différentes règles d’intégrations économiques et sociales à la base de l’exceptionnelle pérennité et adaptabilité de la culture rubanée. En abordant la notion de household dans ses dimensions matérielles, idéelles, individuelles et collectives à partir d’une zone atelier délibérément restreinte (la vallée de l’Aisne), le projet Homes cherche à tester à partir des données archéologiques de toutes nouvelles hypothèses sur les différents niveaux d’intégration villageoise (Hachem et Hamon 2014, Gomart et al. 2015). Il tentera de définir : (1) l’évolution de la maturité économique et de la capacité de production de maisonnées autonomes du point de vue alimentaire, (2) l’interdépendance entre maisonnées structurée autour de réseaux de réciprocité et d’une redistribution notamment artisanale, (3) l’intégration d’individus extérieurs à la communauté villageoise assurant la cohésion culturelle à une échelle supra régionale.
En associant aux analyses archéologiques, archéo-zoologiques et techno-fonctionnelles à très haute résolution menées jusque-là de façon systématique, de nouvelles compétences en archéométrie (pétrographie, tomographie, analyses chimiques) et en bioarchéologie (archaeobotany, isotopes) sur un échantillonnage ciblé, le projet HOMES se donne les moyens de produire des hypothèses à large portée dans un cadre résolument pluridisciplinaire. Le projet sera structuré en 4 ateliers, dont trois ateliers thématiques et un dernier atelier de modélisation géostatistique : Atelier 1-Organisation et niveaux d’intégration des savoir-faire artisanaux, Atelier 2-Production et la consommation alimentaire, Atelier 3-Statut, vie et mort des individus, Atelier 4-Modélisation spatiale et statistique des interactions entre maisonnées.
En confrontant les nouveaux scénarios mis en évidence aux hypothèses déjà proposés dans d’autres régions de l’Europe rubanée, le projet Homes interrogera la reproductibilité du système social rubané, à la fois dans le temps et dans l’espace, et tentera de comprendre si la structure sociale des rubanés du Bassin parisien s’inscrit pleinement dans une tradition voir un certain conservatisme social, hérité d’Europe centrale, ou s’il reflète plutôt une dynamique innovatrice en périphérie d’un mouvement de colonisation en perte de vitesse.
En proposant une lecture dynamique, évolutive et intégrative à haute résolution des processus sociaux en jeu dans les mécanismes de néolithisation, le projet Homes vise à renouveler fondamentalement notre connaissance des règles et réseaux régissant les premières populations agricoles d’Europe.

JPEG - 2.4 Mo
Maison néolithique, Archéosite de la Haute Île (93)


Porteur : UMR 8215 Trajectoires (resp. C.Hamon) (lien)

  • Laurent Aubry (CNRS)
  • Jerome Dubouloz (CNRS)
  • Louise Gomart (CNRS)
  • Michael Ilett (Univ. Paris 1 Pantheon-Sorbonne)
  • Nicolas Cayol (Inrap)
  • Lamys Hachem (Inrap)
  • Caroline Hamon (CNRS)
  • Yolaine Maigrot (CNRS)
  • Corinne Thevenet (Inrap)

Autres Participants

  • Allard Pierre (CNRS, UMR 8055 Pretech)
  • Balasse Marie (CNRS, UMR 7209)
  • Salavert Aurélie (MNHN, UMR 7209)
  • Aguileira Maria (Lleida University)
  • Price Douglas (Wisconsin University)

Partenaires

EA3795 GEGENAA Reims – Geomateriaux (resp. G. Fronteau) (lien)

  • Gilles Fronteau (Univ Reims)
  • Vincent Barbin (Univ Reims)
  • Alain Devos (Univ Reims)
  • Xavier Drothière (Univ. Reims)
  • Jean Hubert (Univ. Reims)

UMR 7269 LAMPEA - Anthropologie, Isotopes (resp. E. Herrscher) (lien)

  • Estelle Herrscherr (CNRS)
  • Guy Andre (CNRS)
  • Vincent Balter (CNRS)
  • Theo Tacail (post-doctorant UMR 5276)

Bristol University / Organic Geochemistry Unit (OGU) (resp. R.Evershed) (lien)

  • Richard Evershed (Professeur)
  • Roffet-Salque Melanie (post-doctorante)

JPEG - 124.4 ko