De la sédentarisation à l’État

Nos tutelles

CNRS Université de Paris 1 Pantheon Sorbonne

partenaires

INRAP Parc Marin Iroise Academie des sciences Tchèque Archéologie Université Nationale Cheng Kung de Taiwan Consortium 3D SHS

labex

LabEx DynamiTe

mae

MAE

Rechercher




Accueil > Projets > Projets terminés

MK-Projekt - Emergence de la complexité sociale

publié le , mis à jour le

Enceintes, ressources et territorialité au Néolithique
Recherches franco-allemandes sur la culture de Michelsberg.

L’UMR Trajectoires fut porteur, avec Jean-Paul Demoule, du MK-Projekt.

http://www.anr-mk-projekt.fr/

Le MK-Projekt est un programme franco-allemand (2010-2014), co-financé par l’ANR (Agence Nationale de la Recherche) et la DFG (Deutsche Forschungsgemeinschaft). Il est porté par l’UMR 8215-Trajectoires (CNRS, Université Paris 1-Panthéon-Sorbonne, INRAP), le DAI (Deutsches Archäologische Institut), le RGZM (Université et Musée de Mayence) et le Landesamt für Denkmalpflege und Archäologie Sachsen-Anhalt.
Objectifs généraux : De la culture matérielle à la structuration de l’espace : enceintes monumentales, ressources exploitées et territorialité au Néolithique Le MK-Projekt souhaite étudier un moment clé de notre histoire, vers 4500 avant notre ère, qui a vu naître d’importantes transformations, d’ordre économique, social, technique et culturel au sein de sociétés agricoles. Le trait le plus marquant est sans doute l’apparition dans le paysage de grands sites entourés de systèmes complexes de fossés et de palissades. Plus globalement on assiste à une exploitation intensive de ressources naturelles, roches dures, silex, sel, etc., tandis que des signes de différenciations sociales se manifestent clairement. Le programme s’attache en détail aux causes, aux formes et aux conséquences de ces premiers mécanismes de complexité sociale en Europe nord-occidentale. La culture de Michelsberg (MK), qui s’étend entre 4200 et 3600 avant J.C. depuis la Normandie à l’ouest jusqu’à la Saxe-Anhalt au nord-est, à cheval sur la France et l’Allemagne, a été choisie dans la mesure où les données archéologiques y sont abondantes, mais pas synthétisées, et parce qu’il existe une longue tradition de collaboration scientifique franco-allemande, offrant la possibilité d’échanges méthodologiques.

La base de données des sites du néolithiques moyen associés au projet est disponible en ligne :http://sites-michelsberg.huma-num.fr/